>

Estime de soi, ma grande amie!

L’ estime de soi c’est comme l’amitié, ça s’entretient!

Estime de soi, ma grande amie!Dans notre monde de performance et d’objectifs, tout semble organisé pour nous évaluer. Or par essence l’évaluation a pour corollaire un cadre référentiel communément appeler : la réussite. Qu’est-ce que la réussite aujourd’hui? Ce n’est qu’une image sociale codifiée, uniformisée, valorisée, promue par des prescripteurs en tout genre. L’être humain, animal social par excellence, ne peut que s’y conformer, pour susciter l’affection du groupe. Il peut aussi s’en écarter au risque de se sentir rejeté.

L’estime de soi peut échapper à cette conception étriquée de la valeur de l’individu!

L’estime de soi ne doit pas être confondue avec la confiance en soi:

La confiance en soi procède du développement d’un comportement ou d’une compétence. Elle est toujours compartimentée à un domaine particulier. C’est le résultat de nos efforts, elle est perceptible par notre environnement, familial voire professionnel.

Ma valeur n’est pas ma compétence:

Ma valeur, c’est la lecture subjective que j’ai de moi-même. C’est un état interne qui prend sa source dans la compréhension de soi, l’amour de soi et l’acceptation de soi. Elle est très émotionnelle et nous interroge sur la place que nous occupons.
L’estime de soi est une fonction psychologique souvent stable. Elle a pour fondement un certain nombre de croyances que nous avons sur nous-mêmes. Des jugements de valeur profondément ancrés, assortis d’injonctions du type “ tu me connais, je suis comme ça “. Voire “ j’ai toujours été comme ça”. Jusqu’à s’en convaincre définitivement.

Bonne nouvelle, l’estime de soi se répare:

La bonne nouvelle c’est que l’estime de soi est un enjeu, le produit d’un parcours d’obstacles accompli tout au long de la vie et comme tout enjeu “développemental”, il peut être revisité et réparé.
Il est très possible de remplacer des croyances négatives sur soi, par de nouvelles croyances nettement plus positives et surtout actualisées à ce que nous sommes aujourd’hui.
Car si l’ estime de soi prend souvent corps dans notre environnement familial (notamment) au moment de l’enfance, nous pouvons choisir de réactualiser notre perception de nous-mêmes dans notre environnement actuel. Ici et maintenant. Jusqu’à nous aimer inconditionnellement, en acceptant nos parts de lumière et nos parts d’ombre également.

L’expérience méditative:

Un des bienfaits immédiats que procure la méditation, c’est la re-connexion avec notre nature profonde. Sans le filtre de l’agitation du mental, l’espace d’un instant ou plus largement, dans l’ici et maintenant , nous sommes bien, nous sommes bons! C’est là que se loge notre “être” subtil et nous explorons sa véritable qualité. Nous pouvons y faire l’expérience d’une bonne estime de soi. Elle existe, elle est là, mais peut-être avait-elle échappé à notre conscience?

Un nouveau dialogue interne:

Apprendre à se considérer avec bienveillance est une des clés du développement et de l’entretien d’une bonne estime de soi. Tout est question de perspective. Plutôt que de toujours mettre de l’emphase sur ce nous n’avons pas encore réalisé, pourquoi ne pas capitaliser sur tout ce que nous avons déjà accompli? Et ainsi renforcer notre estime de soi.
L’estime de soi, c’est l’histoire que nous nous racontons sur nous-mêmes et cette histoire peut changer! Elle passe par l’acceptation de notre “être “ tout entier, de toutes ses facettes, bonnes ou moins bonnes, en conscience, en confiance et en responsabilité.

Laisser un commentaire

Fermer le menu